La chercheuse norvégienne Anne Mangen, spécialiste de la numérisation de la lecture à l’université de Stavanger, a mené une étude sur cinquante personnes. Tous ont reçu la même nouvelle de 28 pages à lire, la moitié sur Kindle, la moitié sur papier. Les résultats, confirmant une intuition spontanée, suggèrent qu’on mémorise moins bien l’intrigue et la chronologie des événements sur liseuse.

Une étude affirme qu’on mémorise moins bien sur Kindle que sur papier (Rue89)

Laisser un commentaire